On en parle

EONIA, LIBOR, EURIBOR : le remplacement des taux de référence, ça se prépare

#Assurance #Investissement

Le taux de référence du marché monétaire de la zone euro change : l'Eonia cède la place à l'€ster. En parallèle, la méthode de calcul de l’Euribor change et le Libor par devise est remplacé par des taux ad hoc. Calculés sur la base de transactions réelles, ces nouveaux taux seront disponibles, non plus à J mais à J+1. Organisation, gestion des écarts, politiques de couverture et même de gestion ALM, ce changement a des impacts que les assureurs peuvent d'ores et déjà anticiper.

Depuis 2012 et les scandales de manipulations des taux de référence, les autorités financières cherchent à réformer les indices de taux d’intérêts interbancaires utilisés sur les marchés financiers pour les rendre plus transparents.
L’approbation, le 9 décembre 2015, de la directive EBR (European Benchmark Regulation) par le Conseil Européen a concrétisé ce souhait de réforme. C’est à la suite de cette décision que l’€STER (Euro Short-Term Rate) est lancé le 2 octobre 2019 sur les marchés financiers.

L’€STER a pour but de supplanter l’EONIA (Euro OverNight Index Average) pour devenir le nouveau taux dit « sans risques » de référence dans la zone Euro. Effectif au 1er janvier 2022, il sera le taux de référence utilisé par la banque centrale européenne pour définir sa politique monétaire. Il est utilisé dans des domaines aussi variés que les couvertures, l’évaluation de la valeur d’instruments financiers, l’émission d’obligations indexées, la politique d’allocation d’actifs des fonds, l’évaluation comptable de bilans, les commissions à verser, etc.

EONIA, €STER, quelles différences ?

Souhaité plus transparent, plus liquide, et plus facile à superviser par les autorités, la principale nouveauté de cet indice réside dans son mode de calcul. Contrairement à l’EONIA qui est calculé chaque jour en fin de journée sur la base de transactions déclarées, l’€STER est calculé sur la base de transactions réelles. De plus, le calcul révisé est pondéré par le volume, afin de corriger un biais actuel de l’EONIA. Conséquence naturelle de ce changement de base de transactions : l’€STER est publié à J+1.

Quel processus de remplacement ?

passage de l'Eonia à l'Ester

Et les autres taux de référence ?

L’EURIBOR

Il est, au même titre que l’EONIA, un indice de référence sur le marché interbancaire en euro ; il concerne des maturités plus longues (d’une semaine à un an), là où l’EONIA concerne uniquement le marché des prêts au jour le jour. L’enjeu principal est de disposer de données en quantité suffisante pour publier un taux non-biaisé et répondant aux spécifications souhaitées par la nouvelle règlementation.

Pas de changement de nom prévu, mais une nouvelle méthodologie sera mise en place pour créer le nouvel EURIBOR hybride, qui se basera sur les transactions réelles dans la mesure du possible, mais qui conservera le cas échéant la possibilité de se baser sur des estimations.

Le LIBOR

Chaque déclinaison du LIBOR (London Interbank Offered Rate) par devise sera remplacée par un indice différent :

Eonia Ester Libor

Ces 4 indices sont basés sur les transactions réelles pondérées de la veille, et donc mécaniquement publiés à J+1.
Le LIBOR sera supprimé en 2021 mais le souci principal du remplacement n’a pas encore été résolu. En effet, les 4 taux évoqués sont des taux « overnight » (au jour-le-jour), ce qui signifie qu’ils ne peuvent pas être utilisés comme indice pour des maturités plus longues, contrairement au LIBOR qui se décline aujourd’hui, comme l’EURIBOR, sur des maturités allant jusqu’à 1 an.

Quels impacts pour les assureurs ?

Dans leurs activités de gestion d’actifs, les compagnies d’assurance ont fréquemment recours à l’utilisation de produits dérivés de taux, de prêts et de dettes, pour limiter leur exposition et se prémunir contre une hausse du capital de solvabilité requis. Plus largement, l’ensemble des produits de taux seront impactés, notamment les obligations à taux variable indexés sur LIBOR et EURIBOR.

Le remplacement des taux de référence va générer des écarts entre la valeur à terme des contrats actuellement basés sur un taux unique et la valeur de ces mêmes contrats basés sur des taux de remplacement. Par ailleurs, le passage d’un modèle actuel indexé sur une seule référence à un modèle multi-référence risque de modifier profondément les stratégies de couverture et de gestion ALM.

Les contrats de prêts et dettes existants ne prévoient, majoritairement, pas de clauses de modification de taux et risquent de générer des processus de négociation avec les émetteurs (entreprises, banques, états…) pour adapter les contrats existants (clauses, modélisation).

Enfin, la bascule sur les nouveaux de taux de référence va nécessairement entrainer des écarts de performance. En effet, les valeurs des taux étant loin d’être strictement égales ou même proportionnelles, il est nécessaire de prévoir un ajustement sur l’ensemble de la chaine de valorisation pour prévenir ces écarts. L’EONIA est, par exemple à décembre 2019, 8 pts au-dessus de l’€STER.

Du point de vue du passif des assureurs, les taux de référence sont parfois utilisés dans le calcul des provisions techniques (notamment dans le cadre du calcul en Best Estimate). Le passage de l’EONIA vers l’€STER pendant la période transitoire va nécessiter un travail de refonte des méthodes d’estimation des provisions, les valeurs n’étant pas strictement égales.

De même que pour la partie actifs, il est impératif pour l’assureur de prévoir le basculement au nouvel indice sur l’ensemble de sa chaine de système d’information pour prévenir tout décalage temporaire qui pourrait entrainer des écarts inexpliqués.

Plus généralement, les assureurs ont, dans la majorité des cas, construit leur système d’information sur la structure actuelle des taux de référence. Les modèles de calcul de prévisions, tout comme les contrôles de niveau de risque devront s’adapter à la multiplicité des taux de référence. La mise à niveau des systèmes et des modèles est nécessaire. Les formules de calcul devront être adaptées aux spécificités de chaque indice de référence et devront gérer les sources multiples (pour la transposition du LIBOR).

Ces modifications de systèmes d’information vont générer inévitablement des modifications d’ordre organisationnelle pour s’adapter à ces nouveaux processus. Notamment la publication des taux à J+1, contre J aujourd’hui, pour laquelle les équipes vont devoir adapter leur organisation quotidienne.

Comment s’organiser ?

Ces différents impacts obligent l’assureur à prévoir le basculement au nouvel indice sur l’ensemble de sa chaine actif-passif et donc de mettre en place une instance capable de lister l’ensemble des impacts propres à chaque organisation. Ce groupe de travail inter-direction devra par la suite proposer et suivre la mise à niveau des systèmes pour permettre la transition la plus efficace possible. Prévenir la bascule des taux est essentiel et doit être entrepris en amont des dates annoncées de fin de publication. En effet, les conséquences d’un blocage système dans le cas d’un remplacement de taux non-prévus pourraient être dramatique pour l’assureur.

Un planning-projet en quatre phases distinctes pourrait être retenu pour un déploiement rapide des différentes solutions :

process transition eonia ester

 

Découvrez notre offre conseil en Investissement et ALM

10 Jan. 2020

Vous avez des besoins spécifiques concernant cette problématique ?

Rencontrons-nous !

Contact Postuler Newsletter Web-série